À travers les montagnes du Nord du Laos

Luang Prabang, jolie perle entourée de montagnes.

Pressés par nos visas, nous renonçons à faire la route entre Vang Vieng et Luang Prabang à vélos, pourtant réputée magnifique. Notre second bus de nuit nous dépose directement à Luang Prabang depuis Vientiane. Dans le bus à un étage, nous sommes placés au-dessus du chauffeur avec une vue panoramique sur la route. Je n’aime pas l’idée de me dire qu’avec un sérieux coup de freins, on serait les seuls à être propulsés du bus avec le couple de droite et le chauffeur…Toute la nuit la musique émanant de la cabine du chauffeur nous tient partiellement éveillés mais nous avons nettement moins froid que lors de notre précédent voyage en bus, on ne peut pas tout avoir. Pas de coup de freins, nous arrivons fatigués mais sains et saufs à Luang Prabang.
Luang Prabang est une petite ville inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Et en effet, c’est une véritable bouffée d’oyxgène par rapport aux autres villes que nous avions visitées jusque-là. Nous nous baladons dans le centre, le long des rivières, sur le mont Phou Si et nous nous sentons tout de suite bien. Nous discutons même longuement à l’ombre, sur un banc, en observant des hommes faire renaître un pont en bambous pour une nouvelle saison sèche. Quel calme, c’est la première fois que nous avons un tel moment dans une ville depuis le début. Nous apprécions aussi le marché du soir qui envahit la rue principale et les petites gargottes dans les ruelles nous permettant de manger un buffet à volonté pour trois fois rien.

Le lendemain, nous louons une petite moto semi automatique Honda Wave 100 cm3 pour varier les plaisirs et nous rendre aux cascades Kuang Si situées à environ 30 km de la ville. C’est la moto que tous les locaux conduisent et que les enfants apprennent à conduire dès leur plus jeune âge. Nous sommes tous les deux novices et le loueur a du être un peu inquiet en nous voyant partir avec son deux-roues. Anthony se débrouille bien et nous apprécions l’expérience.

Bien que très touristiques, nous aimons notre journée aux cascades Kuang Si. Nous passons du temps à observer les ours à l’entrée du site, nous remontons le chemin le long des cascades dont l’eau, riche en calcaire, prend une magnifique couleur turquoise. Le matin il fait encore un peu frais et seuls les plus téméraires osent se baigner, nous ne faisons pas partie de ceux-là. Nous prenons le chemin très abrupte qui remonte à droite de la plus haute cascade et marchons 3 km jusqu’à un point d’eau appelé « spring water ». Là, une rivière, des tables en bois, le calme, une paillote et un joyeux serveur qui nous lance un défi : si on arrive à traverser aller-retour le tronc d’arbre qui enjambe la rivière, il nous paye une bière. C’est un défi pour moi, je n’hésite pas une seconde. Le tronc d’arbre est assez fin et le devient de plus en plus vers la fin, la tâche ne va pas être évidente. Je me lance, passe assez tranquillement la première moitié, mais mes jambes commencent sérieusement à trembler quand le tronc devient plus fin et qu’il balance de haut en bas. J’ai la bloblotte comme on dirait avec les copines de gym. Je cours presque sur les 4 derniers pas tellement ce n’est plus soutenable. Ouf ! J’ai réussi la première traversée. À peine remise de la bloblotte, je me remets en route pour le retour mais elle aura raison de moi quasiment à la moitié, je termine dans l’eau et sans bière… Anthony arrive à faire quelques pas et termine à l’eau aussi, toujours pas de bière pour moi… Pour nous narguer, le serveur fait l’aller retour en remuant le derrière et avec une bière sur le front. On passe un moment à s’amuser, à se jeter à l’eau avec les lianes de Tarzan, il fait beau, on est bien.

Sur le retour je prends en main la moto et malgré une petite sortie de route, je m’amuse et Anthony trouve que je passe mieux les vitesses que lui, plus en douceur. Il apprécie un moment d’être passager mais trouve quand même qu’on voit beaucoup moins de chose à moto qu’en vélo, ça passe trop vite.

Après cette sympathique pause dans cette ville, il est temps pour nous de reprendre les vélos. Nous nous levons tôt et en profitons pour aller voir une des attractions phares de Luang Prabang : l’aumône des moines à l’aube ou plutôt les touristes qui nourrissent les moines. La scène est cocasse, les locaux donnent du riz, les touristes des chips. Pas sûre qu’ils soient bien nourris avec des chips.

Aumône des moines à Luang Prabang
Aumône des moines à Luang Prabang

Défi mental et physique et paysages magnifiques

Nous décidons encore d’éviter la route principale et une vingtaine de kilomètres après Luang Prabang, nous bifurquons sur la droite sur une route secondaire. C’est le début de notre parcours montagneux.

La route est tranquille et nous pouvons observer la vie locale en traversant les villages. Tout comme dans le Sud, les gens nous saluent et surtout les enfants. Alors que dans un village nous passons devant une école où les enfants sont en train de faire des exercices physiques, ils s’arrêtent brusquement à notre passage et nous font des grands signes en criant. Dans un village, un peu plus loin, nous assistons à une scène surréaliste. Cette fois tous les enfants de l’école déboulent du talus et courent sur la route pour nous saluer et nous taper dans les mains. Je dis alors à Anthony : « j’ai bien cru que j’allais en écraser un comme le poulet la dernière fois » (oui j’ai malencontreusement roulé sur un poulet lorsque nous étions au Cambodge).

À Pakxeng, on trouve une guesthouse local et sortons dîner le soir. La patronne nous installe et nous prépare à manger sans que l’on sache ni le prix, ni le plat. Anthony me demande alors « t’as commandé quoi ? », ce à quoi je lui réponds « la même chose que toi ! ». On s’en sort finalement avec une énième soupe de nouilles.

Après cette journée en dents de scie, nous entamons l’ascension la plus sérieuse du parcours. Le goudron laisse place à une piste dans un état tout juste passable. Rapidement, les pentes sont fortes et je me retrouve à pousser le vélo. Même Anthony est contraint de le faire sur pas mal de portions. Nous continuons de monter et je ne fais presque que pousser mon vélo. Les pentes sont toujours entre 10 et 12 %, parfois jusqu’à 15 ! Nous avons un peu plus de 1400 m à grimper. À bout de bras, je pousse le vélo, desepérant de voir l’altimètre changer si lentement et souvent Anthony vient m’aider. C’est dur, je craque, le mental lâche et les larmes coulent. C’est seulement la deuxième journée de notre boucle jusqu’au Vietnam et d’imaginer que les journées pourraient être toutes comme ça me donne le vertige. Pour ne rien aider, nous ne trouvons pas d’endroit pour déjeuner et on se contente de grignoter régulièrement. J’annonce à Anthony que je commence à être sérieusement épuisée mais avec du recul je peux dire que j’avais encore de la ressource. La journée se passe, nous continuons de monter et je suis résignée. En même temps, à ce moment là, le meilleur choix est encore de grimper, pas question de faire demi-tour. Je pense avoir poussé le vélo 80% du temps, Anthony dira que c’est beaucoup moins. Le dépassement de soi, il y a un peu de ça dans un voyage à vélo, jusqu’où peut-on aller ? Quelles sont nos limites ? On se sent fort d’y arriver même si, je ne vais pas vous mentir, des journées comme ça c’est l’enfer.

Paysages verdoyantss entre Luang Prabang et Nong Khiew
Paysages verdoyantss entre Luang Prabang et Nong Khiew
2ff0feab-b4b8-4fb0-a5fb-f4965796f2d5
Chaleur et dénivelé

Arrivés en haut, nous arrivons dans un petit village où un homme parlant un très bon anglais nous interpelle. Il est médecin et se propose de nous avancer en pick-up mais il est déjà tard et nous avons plutôt en tête de planter la tente quelque part. On lui demande donc si on peut rester dans le village et il nous propose un terrain derrière sa maison, à coté du point d’eau du village. Et quel endroit intéressant ! En arrivant, des habitants attendent à coté du point d’eau avec des bidons d’essence. À tour de rôle, ils remplissent leurs récipients et les emmènent. Des femmes arrivent à en soulever plusieurs à l’aide d’un bandeau sur la tête et même les enfants sont occupés à la tâche. Vient alors le temps des douches. Les enfants nus reçoivent des bidons d’eau froide sur la tête alors que la température commence sérieusement à chuter (12-15°C) tandis que les femmes se lavent avec un tissu noué comme une serviette. Plus tard, nous assistons à une scène de « séduction » entre les jeunes filles tout juste lavées et donc vêtues uniquement de tissus mouillés et des jeunes hommes ayant terminés leur match de foot et venant pavaner autour du point d’eau. Pendant tout ce temps là, nous installons notre tente sous l’œil curieux de quelques enfants. Le lendemain, dès 5H30, la vie reprend autour du point d’eau, le ballet des bidons recommence accompagné des débarbouillages du matin. On est donc vite sur pieds pour entamer cette nouvelle journée.

Campement au point d'eau du village
Campement au point d’eau du village

Si cette nouvelle journée reste difficile, elle l’est nettement moins que la précédente et les paysages cicatrisent les tourments de la veille. Nous oscillons entre 1000 et 1200 m d’altitude avec des pentes toujours assez raides sur de la piste mais beaucoup moins longues. Nous profitons des passages sur les crêtes nous permettant d’apprécier les montagnes de chaque côté. Ces montagnes si différentes de celles que nous connaissons car recouvertes d’une végétation luxuriante et diversifiée. Dans un village, on nous offre du riz gluant, une aubaine car plein d’énergie. Puis vers midi, nous retrouvons enfin le goudron pour 800 m de dénivelé négatif. C’est un régale, on file sur la route où très peu de voitures circulent. Cheveux au vent, la sensation est intense et le plaisir immense, comme une récompense après cette ascension difficile. Après la montée, il y a toujours une descente, c’est ce qu’il faut garder en tête. On croise des cochons (toujours beaucoup de cochons au Laos), un papi qui fume un bang avec un tuyau PEHD d’un mètre de long DN40, des enfants à la pelle, des femmes et leurs métiers à tisser, des hommes qui tressent des paniers en bambou, des paysans triant leur riz, des tracteurs qu’on dépasse, quelques trous sur la route et toujours ces montagnes tout autour. Au bout, une guesthouse pour se reposer.

Pour rejoindre Nong Khiao, nous avons une nouvelle ascension de 900 m avec des pentes d’une moyenne de 6% et sur du goudron cette fois. J’appréhende un peu mais tout se passe bien, nous grimpons côte à côte, à allure régulière et en papotant. Le matin nous sommes dans le brouillard, des familles se réchauffent avec des feux sur le bord de la route, puis les nuages se lèvent et laissent place à un grand ciel bleu. Au col, nous trouvons une échoppe pour nous restaurer. Devant l’échoppe, des rats sont à vendre. Un homme en achète une dizaine, tend une liasse de billets à une vieille dame qui ne la prend pas et montre de la tête deux gamins qui sont à côté. C’est à eux que revient cet argent. Le plus grand, environ 9 ans, prend les billets, les compte et donne une partie à l’autre, environ 7 ans. Chasseurs de rats dès le plus jeune âge. On ne sait pas combien coûte un rat mais j’aperçois un billet de 100 000 kips dans la liasse du petit, soit un peu plus de 11 euros. On peut penser que c’est un petit pactole pour eux.

En partant, la vieille dame nous offre un bout de canne à sucre à mastiquer pour en extraire le jus. C’est assez bon et elle insiste pour qu’on reparte avec un baton de canne à sucre de 50 cm. De nouveau, une belle descente d’envrion 25 km nous attend, je m’habille pour ne pas avoir froid. Les rayons de soleil jouent avec les reliefs des montagnes nous offrant un très joli spectacle.

Finalement, avec tout ce qu’on a vu par la suite, une journée difficile valait la peine d’être surmontée.

A Nong Khiao, nous croisons des cyclotouristes Thaïlandais qui prennent un paquet de photos avec nous et aussi Benoît et Virginie (grains2selles), un couple de français en tandem, sur la route depuis 7 mois avec comme point de départ la France. Nous dînons ensemble, échangeons sur nos expériences, le courant passe bien et nous nous retrouvons même le lendemain pour une petite session drône. C’est vrai qu’on aurait aimé faire un bout de chemin ensemble mais nous allons dans des directions opposées. Benoît nous rassure, ils sont encore sur les routes pendant 13 mois, on n’aura qu’à les rejoindre quelque part dans le monde cet été.

3c644d67-3d11-4aab-b6ee-09a86ff74cad

Remontée du Nam Ou

Plus haut, sur la rivière Nam Ou se trouve le village de Muang Ngoy, accessible par une piste unique ou par bateau. On bouscule encore notre planning et décidons d’embarquer sur une pirogue pour faire une halte dans ce petit coin isolé au milieu des montagnes. L’endroit est touristique mais reste agréable : rivière, petit bungalow, montagnes et grottes.

Balade à Muang Ngoy
Balade à Muang Ngoy

Pour nous rapprocher de la frontière avec le Vietnam, nous continuons de remonter le Nam Ou depuis Muang Ngoy vers Muang Khua. Le bateau est plein, nous sommes assis sur des planches en bois les uns en face des autres laissant peu de place pour les jambes. Malgré les 5h30 de trajet, ce dernier reste agréable. Le capitaine fait quelques haltes sur des berges qui semblent être perdues au milieu de nulle part pour faire des livraisons de nourritures. A mi-chemin, l’hélice du bateau touche des rochers obligeant le capitaine à s’arrêter pour vérifier le matériel. Il se lance dans la réparation de l’hélice et de l’arbre tandis que nous restons tous dans le bateau qui commence à prendre l’eau. Nous finissons par tous sortir pendant que l’équipier écope avec un petit récipient. Que d’aventures !

Depuis Muang Khua, nous pédalons deux jours pour rejoindre la frontière avec le Vietnam, le dernier pays de notre périple.

16 thoughts on “À travers les montagnes du Nord du Laos

  1. Coucou les veloteurs !!
    Comment ça va ?
    Very nice le post, very nice !
    Les casacades de Sisi l’impératrice sont incroyables. on se croirait dans le monde des elfes du seigneur des anneaux !
    Bravo Alexia pour la montée, j’ai eu mal pour toi…
    Sinon le tandem ça a l’air cool, mais c’est pas très marrant pour celui qui est derrière…Pendant des kms il ne voit que le dos de son partenaire… jspr qu’il tournent de temps en temps !
    Bon trip au vietnam (même si j’imagine que à cette date, vs en avez déjà découvert beaucoup).
    Bises !

  2. Salut les loulous,

    HA VRAIMENT, je suis super content de découvrir votre Blog même si j’ai l’impression que l’aventure touche à sa fin…tampi !

    Il a quand même fallu que je croise Greg pour que je tombe au courant du projet ambitieux d’Antho !

    A TA LA ZAM ! C’est top, félicitation pour les efforts et pour la qualité des photos et des montages vidéo. J’avais quitté un Antho qui tâtonnait avec son nouveau réflex et le voila maintenant grand Jedi de la photo et du pilotage de vaisseau spatial !

    Amusez vous bien et au plaisir de partager une étape avec vous lors de votre prochaine aventure!

    Ju et Laura

  3. Content de découvrir le blog…même si c’est déjà la fin à priori…il a fallu quand même que je croise Greg pour apprendre tout ça! Bravo les cocos ça envoie du lourd. Antho je vois que tu es toujours aussi geek et que tu maitrises d’ores et déjà bien ton appareil et ton vaisseau spatial ! Bravo pour la qualité des images et des montages! La prochaine fois on est fait un bout ensemble?

    Profitez bien et finissez bien !

    A bientôt

    Ju

    1. Salut Julien,
      Ça me fait très plaisir que tu sois allé voir notre blog et que tu apprécies nos photos et vidéos. Certes c’est bientôt la fin de notre voyage mais nous avons encore plusieurs articles à publier (ceux sur le Vietnam où nous sommes actuellement) et ceux que je n’ai pas eu le temps d’écrire sur le Pérou et surtout le Bolivie. Il nous reste aussi de nombreuses vidéos à monter :-).
      Avec plaisir pour faire quelques centaines de kilomètres ensemble .

  4. Toujours aussi beau. Y’a de la matière pour revenir en force au salon du vélo. Du travail de pro. Continuez comme cela. Alexia, MSE vient d’appeler, tu as 2 mois supplémentaires ;).
    Passez de bonnes fêtes.

    1. Merci. Je pense que tu parles plutôt du festival du voyage à vélo ;-). On verra en rentrant en France en fonction des plans ce que nous pouvons en tirer. Certes nous avons des belles images mais le plus important c’est toujours l’histoire que l’on veut raconter.
      Deux mois supplémentaires… ça serait peut-être un peu trop. Le voyage est aussi fatigant et ce ne sont pas des vacances tous les jours.

  5. Bonjour les jeunes,
    Vous êtes nos héros!!!!!!
    Bravo pour toutes les photos les textes votre exploit.
    On pense bien à vous, vous êtes formidables….
    Prenez soin de vous et à bientôt

  6. Splendide encore! Merci de nous emmener un peu dans les contreforts du Laos!

    Par contre la fin est rude. Comment ça le dernier pays de votre périple? Je découvrais juste votre blog, je commençais à m’y habituer et bim au revoir!
    Vous y avez pensé au travailleur qui veut faire sa pause de midi en rêvant un peu? Faut continuer non di diou, faut pas s’arrêter comme ça.

    Profitez en en tout cas.

    Nico

    1. Nous sommes ravis que les articles te plaisent. C’est toujours très motivant d’avoir des commentaires.
      En effet, à deux, nous avions prévu 4 mois en Asie du Sud-Est car Alexia ne pouvait pas prendre plus de congés sans solde. Notre dernier pays est donc le Vietnam, il devrait encore y avoir deux articles de voyage logiquement.
      Mais rassure-toi, le blog ne s’arrêtera pas là ! D’abord parce que j’ai encore 3 articles à terminer sur l’Amérique du Sud notamment la fin du Pérou et la Bolivie. Il devrait aussi y avoir de belles photos avec des paysages qui te sont familiers. Ensuite, nous avons pas mal filmer et nous avons donc encore de belles vidéos à monter et à partager.
      En parlant de vidéo, voici la dernière que nous avons réalisée. Elle aura du être dans l’article « Le long du Mékong » mais on l’a terminée trop tard.

    1. Salut Yann,
      Merci pour ton commentaire. La cascade de Kuang Si est vraiment un endroit sympa malgré l’afflux de touristes. En remontant la cascade, il y a beaucoup moins de monde et on y passe une très belle journée.
      J’espère que tout roule pour toi à l’agence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *